Fondée par des informaticiens et une ancienne acheteuse du bâtiment, la startup Ibat pourrait faciliter la vie des entreprises du secteur. Inspirée des logiciels d’achat utilisés dans l’aéronautique, son appli peut faire gagner du temps et de l’argent.

L'achat de matériaux est une étape aussi indispensable que consommatrice de temps et génératrice de coûts pour les entreprises du bâtiment, quelle que soit leur taille. Ce constat, Mélanie Lehoux l'a posé au fil de ses expériences. Celle qui est aujourd'hui PDG et cofondatrice de Ibat a été, dans une première vie, conductrice de chantier puis acheteuse chez Eiffage. Elle a donc éprouvé sur le terrain les difficultés des chefs de chantier à obtenir les meilleurs prix lorsqu'ils passent commande, même si des accords cadres ont été passés en amont entre leurs entreprises et les centrales de fournisseurs.

"Dans 95 % des cas, les commandes sont passées par téléphone, ce qui génère beaucoup de paperasse, des erreurs de livraison et de la facturation par rapport au prix initialement négociés," décrit-elle.

Pour améliorer cette procédure, des outils existent déjà sur le marché, mais, réputés complexes, ils sont peu utilisés par les chefs de chantier.

S'inspirer de l'aéronautique

Les trois cofondateurs d'Ibat se sont donc inspirés des logiciels d'achat utilisés dans l'aéronautique pour créer une application intuitive qui permet en quelques clics de retrouver les fournisseurs et les articles présélectionnés par l'entreprise. À la clé, une réelle simplification du travail administratif et une baisse des coûts.

"Notre application réduit en moyenne de 50 % le travail du service comptable et libère une journée de travail par mois au conducteur de travaux. Elle permet aussi de supprimer en moyenne les 3% de surfacturation subis par les entreprises du BTP. Enfin, elle évite les 20 % d'achats effectués hors 'catalogue' et qui coûtent en général 15 % de plus à l'entreprise."

Cette innovation qui a fait l'objet de 18 mois de tests, a été validée par une dizaine de chefs de chantiers qui ont participé à la conception de la fonctionnalité et des icônes. Lancée en 2016, elle a déjà été adoptée par plusieurs groupes du secteur : Demathieu Bard, Thomas et Danizan et Diaz. Ibat affiche un chiffre d'affaires de 70 000 € en 2017. Pour les entreprises utilisatrices, le coût de l'application, à partir de 50 €/mois, varie ensuite en fonction du nombre d'utilisateurs, mais, selon la startup, le cœur de marché concerne les PME de taille moyenne qui ont besoin de se structurer, très nombreuses dans le secteur du bâtiment.

Levée de fonds pour développer de nouvelles applications

Accompagnée par l'Incubateur Midi-Pyrénées, titulaire d'une bourse French Tech de BPI France et d'un chèque innovation de Madeeli, Ibat a bénéficié entre 2016 et 2017 d'un fonds d'amorçage de 80 000 €. Elle prépare aujourd'hui la prochaine étape : une levée de fonds de 600 à 700 000 € au 2e semestre 2017 pour soutenir son développement national et même européen (à compter de 2019). Ibat souhaite ainsi déployer un réseau de commerciaux et travaille sur la version smartphone de son application qui devrait sortir à l'automne.

La startup ne compte pas s'arrêter là et prévoit de créer deux nouvelles applications d'ici 2018. La première sera une application de marquage des temps pour comptabiliser les ouvriers sur le chantier :

"Cette gestion de la main d'œuvre permet de mesurer le temps passé sur un chantier et procure des ratios qui permettent d'optimiser de futurs chantiers. Des questions qui sont d'ordinaire un casse-tête pour les entreprises du secteur", précise la cofondatrice.

Enfin les développeurs d'Ibat planchent aussi sur une application de gestion financière des chantiers, qui permettra d'automatiser la gestion des chantiers au quotidien. Grâce à ces développements, elle vise un chiffre d'affaires de 650 000 € en 2018.

Source : Béatrice Girard, La Tribune,  22 juin 2017